Nro, CXXXIII. PETITES AFFICHES DE CASSEL. Lundi 19. Septembre 1785. Second Abonnement. — ME SRE OL SIN DT 7 “ —— RE AE es —séemmec——._ Obfervation fur un abus très-nuifible, relati- vement aux étables , écuries, Vergeries , EFc. Par Mr. du Fourny de Villiers, J'ai vu dans beaucoup d’endroits des greniers ‘ou finaux dont le plancher à claire-voie occu- pe le deffus des étables, écuries & berge- ries. Ce plancher {ert à refferrer les fourrages : on les pofe fur les folives, ou fur des claies, des perches ou des fagots. Cet ufage a les plus grands inconvéniens : le fourrage impré- gné de la tranfpiration des animaux , même bien portans , devient mal-fain ; l’exhalaifon continuelle des fumiers contribue à le vicier d’une autre part. S’il y a des bêtes malades, sil y a une épizootie, c’eft alors que ces four- rages, pénétrés des miafmes morbifiques, de- viennent éminemment dangereux. C’eft en vain qu’on fépare les animaux fains, qu’on M tte … ES VV = =