et pres desqtzä elle avait ete cueillir souvent des plantes qui croissaient autour des tombeaux. Son coeur bat dans la crainte quielle a dietre surprise. La Lune , qui la voit, se rappelle ses amours avec En- dymion, dont ceux de Medee pour Jason lui retra- cent Pimage. Le poetetmet ä cette occasion un dis- cours dans la bouche de cette deesse , qulelle adresse ä Medee , tandis que celle-ci vole ä travers la plaine dans les bras de son amant. Elle dirige ses pas le long du rivage, vers les feux quielle voit briller dans le camp des Argonautes. Sa voix se fait enten- dre au milieu des ombres de la nuit. Elle appelait Phrontis, 1e plus jeune des fils de Phryxus, qui bien- tät , ainsi que ses freres et Jason, reconnurent la voix de la princesse : les autres Argonautes restent surpris. Trois fois elle cria, trois fois Phrontis lui repondit. Les Argonautes rament vers le bord du fleuve, ou dejä son amant slest elance pour la rece- voir. Phrontis et Argus, les deux fils de Phryxus, y sautent aussi. Medee tombe a leurs genoux en leur criant : Amis, sauvez-moi , sauvez-vous vous- memes : nous sommes perdus; tout est decouvert. Embarquons-nous avant que le roi ait monte ses coursiers. Je vais vous livrer la toison , apres avoir assoupi le terrible dragon qui la garde. Et toi , Jason, souviens-toi des sermens que tu mlas faits ; et si je quitte ma patrie et mes parens , prends soin de ma reputation et de ma gloire. Tu me Pas promis , set les dieux en sont temoins.