DE TOUS LES CULTES. 105)- pouvoir. Quelle carriere pour le genie que celle quelui ouvre la nature elle-menue, qui lui met sous les yeux ses plus brillans tableaux, pour etre imites dans ses chants! Cletait bien lä veritable- ment lläge dlor de la poesie, fille du ciel et des dieux. Depuis ces temps antiques, elle est bien restee au- dessous de cette hauteur sublime qulun essor hardi lui avait fait atteindre lorsqulelle etait soutenue de toutes les forces que le genie puise dans la con- templation de llunivers ou du grand Dieu , dont les poetes furent les premiers oracles et les pre- miers pretres. Quel vaste chant ä nos conjectures sur llantiquite du monde et sur sa civilisation, quand on retlechit que la position des cieux , donnee par ces poemes, ou. les constellations jouent un si grand role, ne nous permet pas dlen rapprocher de notre ere les auteurs, de plus de deux mille cinq tcents ans! Est-ce bien sur les debris du monde, sorti a peine des eaux du deluge, que les arts du. genie planaient aussi haut? Il est encore une consequence que nous devons tirer de ce tableau comparatif , qui nousia prouve qulHercule nletait point un mortel eleve au rang des dieux par son courage et ses bienfaits envers les hommes , ni les evenemens de sa pretendue vie des faits historiques, mais bien des faits astrono- miques. Cette conseqtience est que le temoignage de plusieurs siecles et de plusieurs peuples en faveur dellexistence , comme hommes, des heros des difn