Full text: Petites affiches de Cassel (Second Abonnement, No 1-152, 1784-1785)

Semblable aux deux rayons d’un foleil bienfaifant, 
Le cœur répand fur tout le germe de la vie 
Et la flamme du fentiment. 
Mademoifelle de BifchofFrerder. 
Eh! c’eft ce fentiment, c’eft lui que je reclame; 
Thalie auroit mieux peint fa flamme. 
Son cortège charmant, les Ris, & les Plaifirs, 
Ont fouvent délaffé LOUISE & fes loifirs. 
Ils briguoient en ce jour un fi noble avantage. 
Les Amours & les Jeux auprès d’elle fixés 
Auroient en badinant deffiné fon image ; 
Vous euffiés vu les Ris à lui plaire emprelifés 
Pour elle de nos cœurs emprunter le langage. 
Les Graces même à leurs accens 
Auroient mêlé leur tendre hommage: 
LOUISE eût reçu leur encens 
Puisqu’elles aiment leur ouvrage. 
Madame la Comtefjè de Pinto. 
Mais vous ne parlés point des Talens, des Beaux 
Arts 
Dont LOUISE reçoit de fi tendres regards. 
LOUISE les cultive & fon cœur les adore: 
Ils veulent par nos mains la couronner de fleurs ; 
Ils lui préfentent les odeurs 
Des bouquets qu’elle fait éclorre. 
Ariane aujourd’hui réveillant fes douleurs 
S'apprête à retracer fes tragiques allarmes. 
Au fpcétacle d’Athène autrefois fes malheurs 
Des yeux de tous les Grecs arrachèrent des larmes. 
Tous les Sages pleuroient. La fenfibilité 
Eft un préfent du-ciel fait à l’humanité.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.