Full text: Correspondance inédite de Henri IV, roi de France et de Navarre, avec Maurice-Le-Savant, Landgrave de Hesse

DE HENRY IV. 
265 
quoy j’adjousleray que j’ay opinion, nonobstant ce succès, 
si le dit duc veult entendre à un bon accord avec le roy de 
Pologne sonnepveu, qu’il y aura moyen encores d’y disposer 
et résoudre le dit roy à l’honneur et advantage du dit duc et 
à la seurelé de ses enfants. Il faudroit, pour traicter ce faict 
comme il convient, convenir de quelques princes d’Allema 
gne plus voisins des parties, avec lesquels je ne feray diffi 
culté de faire intervenir et trouver un de mes conseillers pour 
favoriser et faciliter le dit accord, et aider à le faire réussir 
au gré et contentement des parties ; tant je porte d’affection 
au dit duc. Et auray à plaisir de moyenner un si bon œuvre , 
de quoy il me semble que vous feriez bien de l’advertir, en la 
forme néantmoins que vous jugerez estre la meilleure et plus 
digne de moy. Sur quoy j’altendray voslre responce. 
Le conseil que le duc de Brunswic a pris contre la ville 
dont il porte le nom, ne desplaira aux Espagnols (1) ; car, ce 
pendant qu’il s’occupera en la poursuite d’iceluy, ils n’au 
ront occasion d’avoir jalousie de luy, ny de respecter les pays 
qui luy appartiennent, au voisinage de cinq ans. Mais quoy! 
nos passions nous aveuglent souvent de telle sorte, que nous 
préférons l’usage d’icelles à nostre propre salut! Je suis 
marry des amis; le dit duc s’est embarassé en ce faict, tant 
pour sa considération, que pour l’intérest de la cause com 
mune. 
Je m’attends que vous aurez sceu, devant que vous recep 
(i) Espagnols: 84 a3 58.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.