Full text: Correspondance inédite de Henri IV, roi de France et de Navarre, avec Maurice-Le-Savant, Landgrave de Hesse

116 
CORRESPONDANCE 
j’apperçois le soing, faveur et amitié qu’elle porte à ces princes 
là. J’ay opinion que ceste cessation d’armes donnera du loisir 
à la maison de Brandenbourg à se mieux résoudre. Cependant, 
je supplieray Votre Majesté que luy plaise d’y tenir tousjours 
la main, que ce différent soit vidé par une voye amiable. Je 
ne sçay pas la raison pourquoy l’électeur Palatin n’a pas voulu 
accepter le séquestre. 
Depuis je ne veux pas céler Votre Majesté que Dieu, par 
sa singulière providence, m’a donné une autre compagne, 
assavoir Madame Juliane de Nassau, fille du comte Jean de 
Nassau le jeune. (1) 
En la diète, on ne traicle autre chose que la continuation 
de la guerre d’Hongherie, comme j’entens que l’Empereur 
est assez résolu de la continuer. 
Mon ambassadeur que j’avois envoyé en Pologne retourna, 
il n’y a guères, de la diète de Cracovie, qui me dit que les 
Polonois n’ont pas traicté autre chose, si non qu’ils ont ac 
cordé à leur roy un subside de guerre contre le duc de Suède. 
L’affaire de Prussie n’est pas encores déterminée, ains remise 
à la prochaine diète. 
Je prieray Votre Majesté qu’elle s’asseure que je seray 
tousjours prest pour recevoir ses commandemens. 
Escript à Francfort le 12 d’avril 1603. 
Maurice L. d- H. 
(i) Voyez la lettre suivante du Landgrave, et conip. mon Histoire de la 
Hesse moderne, ir. 317-321.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.