Full text: Zeitungsausschnitte über Goethe

cernent est fort différente de celle du modèle , y devient tellement 
semblable à la fin , qu’ Edouard même ne peut les distingi er ; et 
cela loi suffit peur s’écrier: « Tu m'aimes, Ottilie, tu m’aimes 1 »> 
Quand ils font de la musique ensemble , ils manquent tous deux la 
mesure en même temps et avec un tel accord , que l’un n’est jamais 
obligé d’attendre l’autre, onde courir après lui. C’est ici le cas de 
dire pourquoi dans l’original le romaa porte le litre à'affinités 
électives. Dans ce roman , où l’on disserte fort longuement surtout 
et à tout propos, on ne manque pas de disserter sur la chimie. Le 
capitaine , qui veut faire entendre à Charlotte comment certaines 
substances se rapprochent et se séparent ensuite pour s’ui ir à des 
substances plus analogues . compare cette propriété des corps à 
l’attraction plus Ou moins puissante que les âmes exercent enlr’elles , 
et il se dit là-dessus force choses qui ont sans doute beaucoup de 
grâce en allemand- C’est cette dissertation moitié chimique . moitié 
galante qui nous prépare à voir Edouard abandonner Charlotte 
pour s’attacher à Ottilie , et la délaissée Charlotte s’attacher au capi 
taine, quidumoins pourlemoment.paroît ne se détacher de personne ; 
c’est aussi là ce qui donne au roman ce titre bizarre, qui oourroit 
bien quelque jour le faire inscrire, par mégarde , dans un cata 
logue de livres de chimie, comme je ne sais quel ignorant biblio 
graphe a mis la Jardinière Je Vintentes au nombre des ouvrages 
d'agronomie. 
Voilà beaucoup de choses contre la raison , l’art et le goiM ; mais 
tout cela et vingt autres traits de même genre que je pourrois citer , 
ne sont rien en comparaison du fond même de l’ouvrage. l es moins 
nf été révoltés. Je ne sais pas au juste de quel œil le 
i’Allemagne protestante ;'mais ea France 
tolérée que permise par les lois , est re 
cette proposition continuelle de divorce faite sans remords par u» 
homme qui n’a rien à reprocher à sa femme , portée sans répu 
gnance par des personnages qui d’ailleurs ne sont point dépouillés 
de toute morale , et reçue sans indignation par une femme qui aime 
encore presqu’autant son mari que son amant ; et cette Ottilie , sur 
qui l’on veut répandre le plus d’intêrèt, qui ne frémit pas à la seul* 
idée d’enlever à une tante qui l’aime le cœur et là main de son époux, 
qui se prèle de la meilleure grâce à cet odieux arrangement, et attend 
précisément pour s’y refuser que tout le scandale soit produit, et 
que toutes les difficultés soient levées ; et cette Charlotte même , 
femme indéfinissable , impossible , qui ne seroit pas fâchée de garder 
Edouard , qui s’acconamoderoit tout aussi bien d'épouser le capitaine, 
et qui ne se permet pas un seul mot de plainte contre une nièce qui 
débauche son mari et fait mourir son enfant : de tels caractères sont 
évidemment faux, et conséquemment aucun intérêt ne peut s’attacher 
aux actions et aux discours qui leur servent dedéveloppemens. Obser 
vons que la conduite folie et indécente des deux époux n’a pas même 
la légère excuse de l'âge, puisqu’ils sont tous deux mariés en secondes 
noces . et que Charlotte , qu'il faut hien supposer un peu plus jeune 
3 u’Edouard , a de son premier mariage une grande fille qu’on parle 
éjà d’établir. Cette fille , dont je n’ai rien pu dire encore , est une 
autre extravagante dont les écarts du moins , s’ils choquent les con 
venances , n’offensent point les mœurs. Ses passe-temps favoris sont 
de courir les champs , quelque temps qu’il fasse ; et quand elle reste 
au logis , de figurer avec sa compagnie les sujets sacrés ou profanes 
des plus belles estampes connues. Mais en voilà trop sur cet amas de 
bizarreries révoltantes et de fadaises insipides ; c’est avoir rendu un 
suffisant hommage à la célébrité de l’auteur de Werther, que de 
s’être arrêté si long-temps sur un ouvrage qui, en soi-même , mé- 
riteroit à peine un coup-d’ceil. T.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.