Full text: Medor & Angelique, ou Roland Furieux (26)

ARGUMENT 
tiré de de L’Ariofle. 
Iprès que les Sarafins eurent perdu dans la bataille de Paris, le bra 
ve Dardinel, fils d’Almont Roi de Zumara, à qui Renaud de 
Montauban ôta la vie; ils fe découragèrent de telle forte que la 
confusion fe mit parmi eux, & les contraignit d’abandonner le 
champ de bataille, en cherchant leur falut par leur fuite. Les 
Chrétiens apres cette victoire ne fongèrent plus qu’à fe retirer dans 
leur camp pour s’y r epofer des fatigues de cette fanglante journée. 
Pendant la nuit Médor & Cloridon, tous deux fujets du Roi de 
Zumara affligés de la perte de leur Prince, fe refolvent a percer au 
travers du camp des Chrétiens, & d’enlever le corps de l eur maître 
étandu fur le champ de bataille, pour lui donner la fépulture. ils 
revenaient déjà triomphans avec ce dépôt précieux; lorfqu’ils fu 
rent aperçus par Zerbin: Ce dernier qui venait avec fa troupe de 
pourfuivre les fuyards retournait au camp ; il les attaqua; Cloridon 
fut tué dans le combat, & Médor qui reçut un coup mortel, tom 
ba à cotés de fon Prince ; ce qui fit croire aux vainqueurs quil était 
mort. C’efl dans ce temps que la belle Reine de Cathoy, fiere 
d’avoir recouvré i’anneau de brunel, & qui méprisait tous fes a- 
mants passa par hazard dans la forêt. Cupido outré contre elle du 
mépris quelle fefait de fon culte, l’attendit auprès de Médor, & 
luy décocha une flèche qui la rendit fenfible pour ce jeune Affi- 
quain. Elle s’en approcha, & voyant quil retirait encore, elle 
A 3 em-
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.