Full text: Casselische Polizey- und Commerzien-Zeitung (1813)

s 
i 
Premier Janvier rgiZ. 
LES QUERELLES DES DEUX FRERES, Co 
médie. LE RENCONTRE EN VOYAGE, 
Opéra. 
Le choix de cette première pièce pour un pre 
mier jour de l’an, n’est peut - être pas le plus heu 
reux qu’on ait pu faire. Ouvrage posthume d’un 
Ecrivain recommandable par la régularité de 
plans, par la beauté de s? morale et par l’élégante 
pureté de son style, elle rapellc aux amis des 
lettres une perte douloureuse. Le fonds et les 
détails en sont plus intéressants que comiques, 
plus rapprochés du Drame que de la véritable 
Comédie de caractère et de situation, et n’olfrent 
au spectateur que le plaisir très - philosophique 
d’une découverte affligeante dans les contradictions 
du coeur humain. Deux frères également bons, 
sensibles, délicats, disposés à tout sacrifier au 
boùlieur l’un de l’autre et pour qui cependant les 
moyens et jusqu’aux termes de leurs fréquentes 
réconciliations donnent matière à de nouvelles 
brouilleries, quelle leçon pour l’amour propre! 
Mais, je le répète, quel spectacle pour un pre 
mier jour de l’an ! 
Mais, si les acteurs, qui devraient être frères, 
se sont proposé, en le choisissant, de nous faire 
entendre, que leurs querelles et leurs rivalités 
intérieures se termineront désormais par des ac- 
commodcniens favorables aux plaisirs du public, 
ce choix est sans doute des plus heureux; hâtons 
nous d’en accepter l’augure! Si,) le titre et les 
applications mis à part, ils n’ont eu que l’inten 
tion louable de donner aux spectateurs un avant- 
goût des agrémens qui les attendent dans le cours 
de la nouvelle année, applaudissons-leur encore! 
Cette pièce est en efièt une de celles qu’ils repré 
sentent le mieux. Des trois principaux acteurs 
de cette pièce deux ont un rôle qui ne fait 
pas partie de leur domaine, et tous deux y sont 
•a merveille. Le valet et la soubrette ont entière 
ment disparu ; on n’en voit pas une trace. Esprit 
de conciliation, tendresse maternelle, soumis 
sion raisonnée qui prépare le plus infaillible suc 
cès à la persuasion, qualité rare dans une épouse, 
sages menagemens envers un intrigant dont Ger- . 
main est encore la dupe, aucune de ces nuances 
du rôle n’échappe a la sagacité de Mde Aumer. 
Bourdais ne se distingue pas avec moins d’avan 
tages. Le personnage de Marcel est le seul peut- 
être avec lequel il ait l’art de s’identifier au point 
d’ôter au spectateur la tentation de lire et de ne 
lui laisser que la faculté d’admirer. Dans le rôle 
de Germain , comme dans tous ceux de son em 
ploi, Dugrand a le ton de la bonne comédie. Son 
action est noble, son débit très-soigné, en un 
mot il ne laisse rien à desirer. 
12 ) 
La Rencontre en voyage cpmposition mesquine, v 
à quelques jolis airs preV* qüi .appartiennent ap. 
Musicien, mérite à peine les honneurs d’ûRe men- - 
tion. Mais on y a vu Mlle Clara , et nous sai 
sissons cette occasion de parler d’elle. Depuis 
son premier début, cette jeune actrice fixe sur 
elle les regards et les espérances du public. Douée 
d’une physionomie agréable, où la décence s’unit 
, à la vivacité, elle a montré jusqu’ici autant d'in 
telligence que de goût. Sa voix, sans avoir beau 
coup de volume, brille par la pureté de la mé 
thode. Mlle Clara chante avec une justesse 
malheureusement trop rare sur ce théâtre. Mais 
elle n’articule pas assez intelligiblement dans le 
dialogue. Nous lui observerons surtout, que les 
mains jointes à la hauteur du visage, sont un 
geste de passion ou de sentiment dont elle abu 
se, et que par conséquent il lui reste encore quel 
ques études à faire sur l’usage de ses bras : 
principiis obsta .... 
C. 
Pràfekturverfügungen und Bekanntmachun- 
gen anderer bffentt. Behdrden. 
AVERTISSEMENT. 
Le Caissier général de la haute police et pré 
fecture de police, invite toutes les personnes qui 
peuvent avoir des fonds a reclamer, soit pour 
fournitures ou ouvrages quelconques faites pour 
ces deux administrations en 1812, a lui en déli 
vrer les Etats avant le Z Janvier 18«3, et les pré 
vient que ce terme expire, aucuns mémoires on 
reclamations à ce sujet ne seront plus admis. 
Zufvlge hohern Defehls, fordert der General,Kaf, 
fier ver hoh n Polizei, unv der Polizei-Prafektur einen 
jeden, der noch etwaige Forderungcn an Diescn bciden 
Derwaltungen zu machen babe, sey es fur im Lauf 
des Iayrs 1312 gemachte Licferungen over gelieferte 
Arbeit, hiermit auf, die Rechnungen hierüber vor 
dcm 8. Ianuar i8iZ einzureichen, und bemerkl, day 
nach Ablauf oieftr Frtst keine Reklamattvnen mehran, 
genvmmen werden. 
Die für die Patentsteueroflichtigen der beiden Kan, 
tons der Residenz Kassel für das Jahr 13.3 aueaefer, 
tigten Patente sind für diejenigen, weiche sich dazu 
zu rechter Zeit haben einschreiben lassen, nunmehr der 
Mairie zugekommen. 
Ich benachrichtige deshalb die betreffenden Patent, 
steuerpflichtigen, daß ihnen diese Patente gegen Vor, 
zeigung der Quittungen über Die geschehene Zahlung 
welche den 15. d. M. berichtigt seyn muß, jeden Vor, 
mittag von 9 bis i2 Uhr auf der Mairie eingehändigt 
werden können.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.