Full text: Casselische Polizey- und Commerzien-Zeitung (1811)

N'8 7 
K a s s c l, 
f. 
Feuilleton % 
-eS Westph âlischen 'îMD 
Mittwoch ben 30. Oktobcr ign. 
°der Supplément 
M ° » i t ° u - i. 
CAS SEL. 
SPECTACLES. 
Palinodie. 
Dieu fit du répentir lu vertu des mortels. 
Nous l’a vouons en toute humilité, nous avons 
porté un jugement faux sur le Railleur. L’enVie 
seule a pu nous dicter ce malheureux N?-. g- 4 ue 
personne heureusement ne s'avisera de relire, et 
nos torts seraient impardonnables si nous avions 
glacé la noble ardeur d’un jeune poète qui donne 
de si grandes espérances. Qu’il cesse de se trainer 
sur les traces d’autrui, qu’il ose enfin se confier à 
ses ailes ! Ce n’est point pour lui que le sort d’Icare 
esta craindre -, et déjà Tlialie s’apprête à tresser 
ses nombreuses couronnes. 
Notre critique a été partiale et amere : Mr...... 
aurait cependant tort de nous en vouloir: nous 
lui avons fourni l’occasion de déployer ses talens 
dans le genre polémique. Nouveau Rodrigue, il 
a débuté par une victoire: Jean - Jacques a 
une logique moins serree, Beaumarchais plaisante 
avec moins d’esprit, de grâce et de finesse. L’au 
teur a bien senti que dans une discussion littéraire 
il fallait rester fidèle à la décence, au ton de la 
bonne compagnie. Baron voulait qu’un comédien 
fût élevé sur les genoux des reines, et nous sommes 
tentés de croire que ce nourrisson des Muses a été 
reçu à sa naissance dans le giron de quelque in 
fante inconnue. Mr a su faire naître un in 
•térèt très vif en faveur des honnêtes artistes à qui 
nous inénacions de couper les vivres domme Piron 
aux habitans de Beaune. Comment lire sa lettre 
sans en aimer l’auteur? C’est le cliène qui protège 
l’humble roseau. 
Atterrés par les coups de ce rude lutteur, ré 
duits à déplorer notre infériorité, nous avons ce- 
pendant un motif de consolation: notre injustice’ 
n’a pas été complète, et le souvenir d’une bonne 
action rafraîchit le sang Nous avons loué le style 
de l’ouvrage; et il ne nous sera pas difficile de 
prouver que Mr unit a l’aimable négligence 
de Lafontaine le naturel exquis de Voltaire, et 
l’élégance de! Racine au nerf de Corneille. 
En attendant que l’auteur impose silence à sa 
modestie, et livre sa pièce à l’impression, don 
nons au public un avant-geut des beautés qu’elle 
renferme. 
Voulez-vous un modèle de simplicité? 
11 nous faut deux contrats ; 
Mademoiselle Hélène est dans le même cas... 
Que devins je bientôt lorsque Mademoiselle 
Fit voir qu’elle prenait tous ces transports pour 
elle ! 
Convenons en , ce'a est beau comme de la prose. 
L’auteur à l’instar de l’ Eternel de Milton , s’en 
veloppe quelquefois, ¿dessein, d’une majestueuse 
obscurité : 
Je ne le vois que trop, l'homme à projets pensant 
Qu’il le fera valoir près d’un oncle puissant, 
Vous comptant dans le monde avec vos opuscules 
Vous produire par lui, mais tous deux ridicules. 
Connaissez - vous rien de plus gai, de plus sau 
tillant que cet hémistiche? 
Ah! ah! ah! quoi déjà? 
Trouverez-vous dans Rousseau le lyrique deux 
rimes pluè-riches que celles-ci? 
Car je fai vu depuis passablement poli, 
Et n’ai point, pour mon compte, a me plaindre 
de lui. 
Voulez-vous quelque chose de léger, de badin? 
Tachez de prononcer les deux vers suivans: 
Que de réflexions et de descriptions! 
Que de descriptions et de réflexions! 
Ceux-ci sont confits en douceur et portent le ca 
chet *de Berthélemot : 
Nous trouvons au spectacle un jeune-homme 
charmant 
Notre nièce lui plait, c’est bien simple vraiment. 
Nous avons reproché à l’auteur des métaphores 
incohérentes : qu’on en juge par celles - ci ; 
11 aura lu sans doute à l'air de mon visage... 
Or pendant que Mer val b'entête de crédit... 
194
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.